Primitifs italiens

Les primitifs italiens sont les peintres italiens des XIIe-XIVe siècles, juste avant la Renaissance. Les plus célèbres sont Duccio, Cimabue et Giotto. Ils utilisent principalement des supports de bois, notamment du peuplier. La planche de bois est encollée à la colle de peau, et généralement une toile est collée dessus pour consolider le panneau. Puis il est recouvert d'une préparation blanche à base de sulfate de calcium appelée gesso. Cette préparation se compose de plusieurs couches : gesso grosso (2-3 couches) et grosso sottile (une dizaine de couches). Une fois sèche, la préparation doit être poncée très finement, puis on peut réaliser le dessin, généralement il était reporté à l'aide d'un poncif.

Beaucoup de panneaux comportaient des dorures, notamment les tableaux à sujet religieux. La dorure est appliquée sur le bol d'Arménie de couleur ocre rouge. La feuille d'or est ensuite apposée au couteau et brunie à la pierre d'agate.

Les carnations sont réalisées par juxtaposition de petits traits qui donnent à la fois le modelé et la forme sur une base de terre verte. Tout d'abord on détermine les zones d'ombre à l'aide d'un verdaccio, puis le ton chair est divisé en trois tons : un ton moyen, un clair et un foncé. On construit ensuite à l'aide des ces trois couleurs par juxtaposition de traits fins.
Les drapés sont également construits à base de trois tons mais la touche est plus large.
Tous les pigments sont broyés à l'eau, et utilisés avec un liant au jaune d'œuf dilué à l'eau.
Les informations sur la technique des primitifs italiens nous sont transmises essentiellement par Il libro dell' arte de Cennino Cennini, 1437.